Home Texts du Carré à l'énigme de la lettre

Du Carré à l'énigme de la lettre

E-mail Print PDF

LE BEAU EST UN PEU DE L'ESSENCE DIVINE SUR TERRE.   DIEU NE DIT-IL PAS LUI-MÊME AU TERME DE SA  CRÉATION, QU'ELLE ÉTAIT BELLE

L'OBJET D'ART, DANS LA PERSPECTIVE HÉBRAÏQUE, EST LE VÉHICULE DU SACRE, DE LA KEDOUCHA. IL N'AURAIT PAS DE RAISON D'ÊTRE EN SOI, MAIS EN DEHORS DE SOI, DANS UNE RELATION A, DANS UNE DYNAMIQUE LIÉE A LA VIE ET A SON FLUX.

ALORS, DIRONT CERTAINS, L'ART JUIF EST UN ART SACRE, SANS  PLUS…….

LA RÉALITÉ EST BIEN PLUS COMPLEXE : DANS UNE PENSÉE DUALISTE COMME LA PENSÉE GRECQUE,  OU L'ÂME ET LE CORPS SONT DE NATURE ANTITHÉTIQUE, L'OBJET PEUT EXISTER  per se.

ET C'EST JUSTEMENT PARCE QUE LA MATIÈRE EST D'UNE ESSENCE INFÉRIEURE QU'ELLE VEUT A TOUT PRIX  DANS L'ART TRANSCENDER LA MORT…….

DANS LA PENSÉE HÉBRAÏQUE,  LE CORPS ET L'ÂME SONT INDIVISIBLES, ET, L'UN SANCTIFIE L'AUTRE EN PERMANENCE, COMME LE MONTRE LE CANDÉLABRE D'OR AUX 7 BRANCHES QUI OCCUPAIT UNE PLACE CENTRALE DANS LE TABERNACLE DU DÉSERT…….

C'EST DIRE QUE L'OBJET D'ART, COMME  LE CORPS, EST TENSION VERS LE CIEL. LE RÉCEPTACLE, L'OBJET DEVIENNENT A LA LIMITE ABSTRAITS, EN CE QU'ILS N'EXISTENT PAS EN EUX-MÊMES, MAIS DANS LA MESURE OU ILS REÇOIVENT LA LUMIÈRE.

LEUR FINALITÉ EST ALORS DE RETENIR L'ÉTINCELLE D'EN-HAUT.

POURTANT, L'OBJET NE SE CONTENTE PAS D'ÊTRE UN ÉLÉMENT PASSIF. IL EST PASSIF-ACTIF, COMME LA TRADITION DE LA CABBALE L'EXPLIQUE A PROPOS DE LA DERNIÈRE SEFIRA MALKHOUT, QUI D'UNE  PART REÇOIT LA LUMIÈRE  ET LE FLUX DES 9 AUTRES  SEFIROT, POUR ENSUITE OPÉRER UN RETOURNEMENT ET DEVENIR KETER, LA PREMIÈRE, DU MONDE QUI EST SOUS ELLE……

LA MALKHOUT DU MONDE D’ATZILOUT DEVIENT KETER DU MONDE DE BERIAH.

DYNAMISME DE L'OBJET, DU RÉCEPTACLE. IL N'EST PLUS DÉSORMAIS LA REPRODUCTION PHOTOGRAPHIQUE D'UN ESPACE –TEMPS DÉFINI MAIS DANS SON ABSTRACTION MÊME, L'IMAGE DE LA FLUIDITÉ VITALE, DU MOUVEMENT INCESSANT DE LA TERRE ET DES PLANÈTES DANS LE COSMOS,  DU SANG DANS LE CORPS, DU DÉCRYPTAGE  DU SENS DANS L'ŒUVRE D'ART.

DEUX CITATIONS TIRÉES DE DEUX TEXTES ESSENTIELS DE CABBALE VONT ILLUSTRER MIEUX QUE N'IMPORTE QUEL DISCOURS LE TRAVAIL MAGNIFIQUE ET PROFOND DE L'ARTISTE ESTHER GUENASSIA. TOUTE SA CRÉATION   EST  EMPREINTE DE CETTE TRADITION ET EN  ÉPOUSE LA MOUVANCE DANS CHACUNE DE SES LETTRES, DE SES CARRES MATHÉMATIQUES, DE SES COULEURS.

" IL EST BIEN CONNU QUE  LES FORCES INTERNES ET LES ESPRITS CACHÉS DE  LA NATURE HUMAINE SE TROUVENT DIFFÉRENCIÉS DANS LE CORPS, ET QUE LA VÉRITÉ INTRINSÈQUE DE CES FORCES OU DE CHACUN DE CES SOUFFLES RÉSIDE DANS LE FAIT QUE, LORSQU’ILS SE DÉLIERONT DE LA MATIÈRE, ILS COURRONT VERS LEUR SOURCE PREMIÈRE QUI EST UNE, ET QUI CONTIENT LA MULTIPLICITÉ A L’ INFINI.  ET CE DÉTACHEMENT LA, MÈNERA JUSQU'EN HAUT, EN INVOQUANT LE NOM  DIVIN, IL S'ÉLÈVERA ET SE FIXERA AU SOMMET DE LA COURONNE SUPRÊME.  ET LA PENSÉE TIRERA  DE CE LIEU LA TRIPLE BÉNÉDICTION"

Abraham Aboulafia, in VE ZOT LI YEHUDA

" VIENS VOIR!  LORSQUE LA LETTRE ALEPH EST SEULE, ELLE EST APPELÉE Premier, LEQUEL DESIGNE LE MÂLE. PUISQUE DANS L'ALEPH SE CACHE  L'INCONNAISSABLE, EN LUI IL DEMEURE ENFERME. QUAND LE ALEPH S'UNIT A UN AUTRE COTE, LE NOUVEAU LIEU S'APPELLE Reshit, Commencement, Torah, Hochmah….."

Rabbi Shimeon Bar Yohai, in  ZOHAR- IDRA ZOUTA KADISHA, 12

NADINE SHENKAR

Écrivain- Professeur de philosophie - Académie des Beaux-arts Bezalel, Jérusalem

 

The Square of the Creation